Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

accueil les partenaires du laboratoire de la mixité professionnelle Ils ont osé les concepts le point de vue de... les stéréotypes les temps de vie lutte contre les stéréotypes les constats les actions Le système éducatif L'insertion par l'activité économique L'agriculture et le bâtiment les outils Le contrat pour la mixité des emplois bibliographie  sites internet vidéos la médiathèque la législation agenda contact 

les concepts

Petit glossaire pour mieux comprendre la mixité professionnelle-Droits des femmes : Il s’agit de droits spécifiques aux femmes (exemples : droits à la contraception, droit à l’avortement) ou bien de droits que seuls les hommes auraient et que les femmes veulent acquérir (exemples : droit de vote en 1944 ou bien le fait de travailler sans autorisation du mari, etc.).-Diversification du choix professionnel : Il s’agit de permettre aux femmes de prendre conscience que d’autres métiers autres que ceux traditionnellement féminins existent et qu’elles peuvent s’orienter et se former en conséquence. Dans le cadre de l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, cette incitation et cette prise de conscience doivent être aussi présentes pour les hommes vis-à-vis des métiers « traditionnellement féminins ».-DiversitéLa diversité est un état qui indique une pluralité, ce terme est utilisé principalement dans 2 cas : la diversité culturelle qui est la constatation de l’existence de différentes cultures et la biodiversité et diversité génétique qui sont les constatations de l’existence de multiples formes de vie dans la nature. Ce terme s’applique aussi de plus en plus en France au champ de la promotion de la diversité qui vise à valoriser les personnes, en majorité issues de l’immigration extra-européenne ou ultra-marine, ou plus généralement, les minorités ethniques, dites également « minorités visibles ». Une charte de la diversité a été signée par les entreprises à partir de 2004.-Egalité professionnelle : Définie, réglementée par le législateur, le fait pour les femmes et les hommes d’avoir les mêmes droits et les mêmes avantages à compétences et postes égaux.-Jugement de valeur : Une vision négative ou positive construite à partir d’un stéréotype. On est persuadé qu’il est impossible de voir les choses autrement : « C’est comme ça ».-Mixité : Qui est formé de plusieurs ou de deux éléments différents. Qui comprend des personnes des deux sexes. La répartition n’est pas obligatoirement égale, exemple : l’école mixte.-Parité : Le fait d’être pareil. Répartition égale entre deux groupes : la parité entre les hommes et les femmes. Ce terme est davantage utilisé dans le domaine politique avec la loi sur la parité.-Paroi de verre : Phénomène selon lequel certaines personnes (femmes, personnes issues de minorités visibles...) n'ont pas accès à certaines filières métiers plus valorisés.-Plafond de verre : Phénomène selon lequel la progression de certaines personnes (femmes, personnes issues de minorités visibles...) s'arrête à un certain niveau, au-dessus duquel se situent les postes à responsabilité.-Préjugé : Opinion sans l’avoir examinée : « je ne le sens pas ».-Quota : Cela se traduit par la détermination d’une proportion ou d’un nombre de parts, de places ou de ressources réservées à un groupe particulier selon certains critères pour corriger des déséquilibres dans des domaines variés (accès aux responsabilités, formation, emploi…)-Ségrégation professionnelle : Concentration des femmes et des hommes dans des types et des niveaux d’actions et d’emplois différents, où les femmes, ou les hommes sont limités à une gamme restreinte d’occupation (ségrégation horizontale) et à des niveaux inférieurs de responsabilité (ségrégation verticale).-Stéréotype : Un ensemble d’idées identiques, une opinion généralisée au sujet d’un type d’individu ou d’un groupe social (les femmes, les jeunes, les personnes de telle origine…) : « les jeunes sont des fainéants », « les motards sont sympas ».

Tous les mots de l'égalité entre les femmes et les hommes à commander à LA BOUCLE

L’EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES, C'EST TOUT AU LONG DE LA VIE !L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est un concept qui depuis plus de cinquante ans réapparaît régulièrement dans le paysage social. Même si des avancées considérables ont eu lieu ces dernières années en faveur de l’égalité professionnelle, nous ne pouvons hélas constater que de nombreuses inégalités demeurent malgré les différentes lois promulguées. Quelques exemples suffisent : c’est encore au niveau national un écart moyen de 22% au niveau des salaires, les femmes sont plus nombreuses au chômage que les hommes, elles représentent en moyenne 83,4% des personnes travaillant à temps partiel. Et pourtant, 79 % d’entre elles sont en activité entre 23 et 50 ans, ce qui est l’un des plus fort taux de l’Union européenne.Plusieurs explications peuvent être avancées et notamment le fait que les femmes ont toujours été considérées comme une variable de l’ajustement économique. En temps de guerre ou de croissance des mesures les incitent à se positionner sur le marché du travail mais lorsqu‘il y a récession, on les prie de rentrer à la maison en proposant quelques allocations. Et même si les mentalités bougent lentement, les freins et les blocages demeurent aussi bien chez les hommes que chez les femmes qui quelques fois intériorisent des compétences moindres que ceux-ci.Pour que les femmes puissent accéder aux mêmes types de métiers, aux mêmes responsabilités et être réellement à égalité professionnelle avec les hommes, il faut certainement considérer cette problématique dans le cadre d’une approche transversale qui se situerait tout au long de la vie.De l’éducation des jeunes filles et des jeunes garçons, à travers les stéréotypes véhiculés par les images dans les livres pour enfants aux jouets sexués, l’intériorisation d’une domination masculine se construit progressivement. Elle est tellement ancrée dans nos inconscients que nous ne la percevons plus, tellement accordée à nos attentes que nous avons du mal à la remettre en question.Malgré quelques évolutions encore peu significatives, cette intériorisation se retrouve notamment exacerbée dans les projets de vie scolaire et professionnelle des jeunes filles entraînant une assignation sexuée d’une future place dans la société. En effet, les filles réussissent mieux à l’école même dans les matières scientifiques et, pourtant, on les retrouve moins nombreuses dans les études supérieures de longue durée et encore moins dans les matières scientifiques et techniques. Seulement 4% des jeunes filles obtenant le bac avec 14 de moyenne envisagent de s’inscrire dans des écoles préparatoires alors que les garçons moins modestes sont près de 27% !Ainsi dans 450 métiers répertoriés, les femmes sont présentes à 80% dans vingt de ces métiers. Et que sont ces métiers ? Ceux-ci mettent en valeur des qualités supposées être spécifiquement féminines, telles la capacité d’écoute, la prédisposition à la relation d’aide, et de service, à l’éducation… reposant sur des stéréotypes comme la discrétion, la méticulosité, la disponibilité psycho-affective, la capacité à recueillir des confidences…Ces professions peuvent être répertoriées dans ce que nous pouvons appeler génériquement la relation d’aide, comme par exemple : assistante maternelle, assistante sociale, hôtesse d’accueil, secrétaire, infirmière, etc. La disqualification de ces métiers (notamment ceux de la relation) renvoie au fait que si l’exercice du métier repose plus sur des qualités individuelles que techniques, liées à la personne et donc au sexe, il n’y a pas à valoriser et à rémunérer ces qualités puisque ce ne sont pas des compétences acquises dans un processus de qualification professionnelle. Ce phénomène entraîne un déclassement, et à terme une baisse des salaires, la fuite des hommes et la déconsidération de ces métiers. Au regard de ces constatations, il est évident que la diversification du choix professionnel des jeunes filles devient un enjeu fondamental. Un travail de sensibilisation dans les collèges et lycée doit être mis en œuvre systématiquement non seulement au niveau des jeunes gens mais aussi au niveau des professeurs, instituteurs et acteurs et actrices chargés de l’orientation.Pour améliorer l’égalité des chances entre les femmes et les hommes lors de l’accès à l’emploi, les modalités de recrutement des employeurs doivent être aussi modifiées. Du libellé de l ‘annonce devant signifier aux femmes la possibilité d’accès à un emploi traditionnellement masculin aux questions indiscrètes (interdites par la loi car discriminantes) posées aux femmes lors de l’entretien d’embauche. Combien de fois, des jeunes femmes ont pu s’entendre demander si elles envisageaient avoir des enfants et à quels moments. N’oublions pas que les hommes font aussi des enfants, mais, rarement, ils ont du entendre une telle question qui leur paraîtrait d’ailleurs saugrenue. Le Québec a interdit depuis longtemps que figure sur le C.V. l’âge, le nombre d’enfants et même la photo des candidats.Une autre sphère de la société doit être explorée si l’on veut que l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes soit une réalité. Il s’agit de la sphère domestique et familiale. Les contraintes temporelles des femmes se sont considérablement accrues ces dernières années, du fait de l’alignement du travail des femmes sur le modèle masculin d’activité. Et à partir de ce modèle, les femmes se retrouvent à jongler en permanence entre les différentes contraintes et font de l’équilibrisme en permanence pour continuer d’assurer (en actes et en pensée, d’où le srtress) la gestion de l’ensemble des tâches, y compris la gestion de la continuité entre des lieux différents : école, travail, magasin, médecin, etc. En effet, les hommes n’ont quant à eux absolument pas pris à leur charge une part plus importante des tâches domestiques et familiales, ce que l’on aurait pu imaginer. Les dernières enquêtes sur les emplois du temps montrent clairement que depuis vingt ans la situation n’a pas évolué et que la diminution du volume de tâches domestiques prises en charge par les femmes vient notamment des progrès de l’automatisation4. Objectivement, une partie des inégalités professionnelles dont sont victimes les femmes s’explique par le fait qu’il est toujours admis, même si c’est de manière tacite, que la charge des enfants et du domestique leur incombe. D’où leur moindre disponibilité -réelle ou supposée par les employeurs-, et par voie de conséquence, un certain nombre de postes leur sont inaccessibles en raison de cette responsabilité qui leur incombe.Bien évidemment, c’est dans l’activité professionnelle elle-même que nous retrouvons les inégalités les plus criantes comme par exemple la notion du « plafond de verre » qui fait que les femmes ne peuvent accéder ou très difficilement à un certain niveau hiérarchique. De l’inégalité des responsabilités à l’inégalité des salaires en passant par des retraites chaotiques du fait des congés maternités ou parentaux, on peut se demander si toutes ces inégalités ne sont pas la résultante des constatations faites précédemment au niveau de l’éducation, de l’orientation ou de l’articulation des temps de vie.Mais comme l’écrit Dominique Méda il faut aussi se méfier des « mesures qui consistent « simplement » à accompagner le développement de l’emploi féminin en permettant aux femmes de se « débarrasser, en quelque sorte, du fardeau de leurs enfants ou des tâches domestiques et de s’investir exactement sur le modèle masculin dans le travail – c’est-à-dire toujours plus- ne peuvent constituer une réponse viable pour nos sociétés. »Des lois comme la loi Génisson sur l ‘égalité professionnelle ou des incitations comme le label « égalité » essayent de tendre vers plus d’égalité professionnelle. Lorsque les entreprises jouent le jeu, des exemples montrent que les résultats peuvent être significatifs à partir du moment où les mesures mises en œuvre font l’objet d’un travail commun et d’un consensus entre les employeurs et les salariés tant au niveau d’actions concrètes que de changement de mentalité . Hélas ! Celles-ci sont encore trop peu nombreuses à s’intéresser à la question. Au moment, où le travail devient de plus en plus une denrée rare dans notre société, il faut reconsidérer un autre type d’approche pragmatique pour que les femmes et les hommes soient à égalité professionnelle dans leur travail et à égalité personnelle dans leurs différents temps de vie. Pour cela, nous préconisons une approche transversale tout au long de la vie. L’égalité professionnelle, cela s’apprend certainement dès le plus jeune âge en apprenant à prendre du recul vis-à-vis des stéréotypes et en modifiant les manières de pensées et les comportements. Cela s’apprend au sein des couples et des familles en laissant à chacune et chacun de réelles possibilités de choix professionnel. Cela s’apprend au moment du recrutement en luttant contre toutes les discriminations sexistes invisibles. Cela s’apprend aussi, bien sûr, au sein même de l’activité professionnelle en changeant les représentations du temps productif et les habitudes socioculturelles et professionnelles. Penser l’égalité professionnelle tout au long de la vie, c’est garantir aux femmes et aux hommes, la conciliation de leurs différentes activités et de leurs différents rôles dans la société.Thierry Benoit

«Tous les métiers sont mixtes !»En 2013, penser que tous les métiers sont mixtes paraît être une évidence. En effet, on admet bien volontiers aujourd’hui qu’une femme conduise un bus ou un avion. Et, pourtant elles se retrouvent concentrées dans un nombre restreint de métiers. Il s’agit bien ici d’une spécificité culturelle et d’un ancrage profond dans les mentalités car dans d’autres pays comme les Etats-Unis ou bien les anciens pays de l’Est les femmes occupent bien souvent les mêmes métiers que les hommes.